Mode responsable

Avec des collections pensées par les marques pour durer une saison, les consommateurices sont invité.es à renouveler chaque année et indéfiniment leur garde-robe. La notion de “fast fashion” est en opposition totale avec l’idée de mode durable. L’industrie textile n’est pas écologique, et peu scrupuleuse sur les conditions de fabrication. Un impact dramatique sur les salarié.es du secteur qui sont exploité.es et dont le travail représente une infime partie du prix de vente.

Répartition des coût de fabrication d’un t-shirt selon son origine

Et le plus écœurant, c’est qu’une grande partie des vêtements fabriqués chaque année ne termine même pas dans nos armoires. La production est tellement démesurée que les marques ne savent plus quoi en faire. “En 2017, H&M aurait brûlé 12 tonnes de vêtements, des produits avec des défauts de fabrication selon l’entreprise. Burberry de son côté s’est débarrassé en 2018 de près de 30 millions d’euros d’invendus.” Source

Où va l’argent de la fast fashion ?

Source : Mars-Elle

FAST FASHION =
Prix de vente bas
+ mauvaise qualité
+ impact environnemental 👎
+ impact social 👎👎👎

Du coup, on fait quoi ?

  • On achète des basiques, dont on ne se lassera pas, et on accessoirise pour rester fun. Le site Le dressing idéal regorge de bons conseils. 😉
  • On apprend à lire les étiquettes, et on choisit des matériaux durables et qui vieilliront bien (bye bye les matières synthétiques, hello le lin, le tencel). On fait confiance aux certifications GOTS ou OEKO-TEX, qui bannissent de nombreuses substances nocives de la chaîne de production.
  • On achète local (cocorico) ou d’occasion, pour un super bilan carbone. L’industrie textile / chaussures a fait un bon redémarrage en Europe, en France et au Portugal où fabriquent beaucoup de jeunes marques éthiques comme TwoThirds, Les petites jupes de Prune, Atelier Unes, La Gentle Factory
  • On s’entraîne à repérer le greenwashing abusif de certaines marques. C’est difficile car elles sont très malines dans les formulations et entretiennent parfois un flou artistique. On peut regarder : quels sont les matières utilisées, les pays et conditions de fabrication, la fréquence et l’importance des soldes (souvent = ça sent le fast fashion), le système de précommandes (= production mesurée 👍), etc.

Sources : Happy new green, Le dressing idéal, Marques de France, Le t-shirt français, Mars-Elle

© 2021 Sophie Aumas